Se parer d’Imaginaire ou se vêtir d’une clinique affranchie de l’image ?

Marie MOTTE / Auparavant, l’hôpital et son hall d’entrée étaient agités du passage des patients et de leurs proches, semblables à une fourmilière. Avant, les longs couloirs reliant les différents pôles donnaient lieu à des rencontres, des croisements. Aujourd’hui, les couloirs sont vides ou voient une circulation enraillée, un monde masqué. Le ballet de blouses... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑