Confinement 6

Liliane ROBMAN /

6

La brise balance les nouvelles branches aux touffes mordorées

Elles se détachent de la masse verte du prunier 

se tendent vers la lumière. 

Des voix d’enfant résonnent dans le jardin voisin, 

des cascades de rire. 

Slychich li… 

entends-tu entends-tu dans le bois la chanson des enfants.*

Tout semble si normal…

Les moustiques n’ont pas encore montré le nez. Une bénédiction ! 

Qu’au moins nous soyons épargnés  

Le temps de notre résidence forcée

Un petit garçon me confiait avoir accroché un panneau destiné aux moustiques avec une flèche indiquant la chambre des parents et l’inscription « c’est par là »

 – Alors les moustiques savent lire ? 

 – Bien sûr ! Sinon ils n’auraient pas suivi la flèche !

La force de la croyance !

Peut-être devrais-je afficher un écriteau sur le prunier : « A l’attention des moustiques, prière d’attendre la fin du confinement avant de pénétrer dans mon jardin » 

Liliane ROBMAN


* poème de Iossip Brodski

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑