Songe / Ensueño

Español /

Luz ZAPATA /

Parmi les fleurs, les canaris et les poissons

Marilú apprend à broder

Hier on a choisi le tissu, les échevettes, les aiguilles et le motif.

Mère lui apprend le point arrière

Le point lancé

Le point de croix

Le passé plat

Le passé empiétant

Le point de chaînette

Le cordonnet

Le point de chausson

Le point d’étoile

Le point de nœud

Et le point de feston

Le point de nœud est très difficile

Et Marilú le répète jour après jour

Elle fait tellement de nœuds

Qu’ils sont devenus une montagne

Et Marilú finit par s’endormir.

Quand elle se réveille

Elle voudrait continuer à broder

Mais il lui faut d’abord défaire point par point tous les nœuds

Jusqu’au dernier.

Maintenant Marilú peut broder le point de nœud

Qui se nomme aussi point de nœud français

Elle apprend à broder le point de deuil

Avec la tristesse des temps pré-historiques

Avec la joie des promesses à venir.

Luz ZAPATA

(Illustration : « Songe », broderie sur lin. LZ)

Pages: 1 2

5 commentaires sur “Songe / Ensueño

Ajouter un commentaire

  1. Merci infiniment Luz, pour ce voyage au pays des fleurs,
    des fleurs, des canaris et des poissons,
    pour ce voyage au pays des points, de la nostalgie peut-être …
    « le passé plat, le passé empiétant, le point de chainette », ainsi va la vie sûrement.
    Francesca

  2. Très chère Luz
    Merci pour ce magnifique poème qui me renvoie à un passage du livre de L’Intranquilité de Fernando Pessoa dans lequel je me suis replongée hier. Je te livre un passage (p31)
     » je comprends parfaitement les femmes qui font de la broderie par chagrin et celle qui font du crochet parce que la vie existe……Vivre c’est faire du crochet avec les intentions des autres. Toutefois , tandis que le crochet avance, notre pensée reste libre, et tous ces princes charmants peuvent se promener dans leurs pars enchantés entre deux passages de l’aiguille d’ivoire au bout crochu. Crochet des choses… Intervalles…. Rien
    D’ailleurs, que puis je tirer de moi même? Que raconter? Une acuité horrible de mes sensations, et la conscience profonde du fait même que je vis ces sensations… Une intelligence aiguë utilisée à me détruire et une puissance de rêve avide de me distraire. Une volonté morte et une réflexion qui la berce , comme si c’était son enfant bien vivant. le crochet , oui….
    Je profite de ce petit commentaire pour te remercier d’être à l’initiative de ce blog qui nous aide à penser « l’impensable » en ce moment.
    Très amicalement
    Nelly Bonnefis

  3. Gracias Luz, que lindo poema!! le hace honor a nuestra madre que borda hermoso y nos cuenta sus historias de amor de su juventud de cuando bordaba pañuelos. Gracias!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑