C’est la guerre !

Freddy CABANIS /

À l’heure de la mondialisation, de l’homme augmenté, du pragmatisme, du consumérisme à outrance, de l’hégémonie de la science et de la technologie, nous voici confinés pour éviter la propagation d’un virus invisible et microscopique. Les supers puissances mises à terre par un organisme microscopique. Notre président nous l’a dit « c’est la guerre » ! Ce vocabulaire guerrier m’interroge, car à ma connaissance, des guerres, il y en a de nombreuses dans le monde et notamment une, en Syrie, qui fait de nombreux morts chaque jour.

Certes, il faut se confiner pour éviter la propagation et l’engorgement des hôpitaux, c’est une affaire sérieuse, une catastrophe, une tragédie, mais une guerre ?

Cette entité biologique est en capacité de stopper l’activité humaine sur toute la surface du globe. De ce ralentissement drastique, la « Nature » ne s’en porte que mieux, moins de pollution, un effet de serre sensiblement en diminution, et une biodiversité qui se redynamise. Je ne vois plus de trainée de condensation dues aux avions dans le ciel, j’entends les oiseaux le matin quand je vais au CHU à Morvan, j’ai l’impression de respirer.  

En trois mois, ce phénomène biologique et naturel en a fait plus pour l’environnement que tous les mouvements écologistes en 60 ans de combats. Alors que la pollution tue bien plus que le Covid-19 chaque jour, nous voilà aux prises avec une angoisse mortifère mondiale. D’un monde sans limite, nous basculons dans un espace-temps limité, contraint, manquant. L’angoisse de l’inconnu ? Il y a comme une inquiétante étrangeté !

C’est curieux de constater que l’inconnu nous angoisse bien plus que ce que nous connaissons et nous détruit massivement. Nous y tenons à notre pulsion de mort !

Je ne peux m’empêcher de penser au livre « la guerre des mondes » de H.G. Wells, paru en 1898 où des extraterrestres viennent sur terre pour anéantir l’humanité et l’envahir. Ayant épuisé leurs ressources planétaires, les Martiens n’ont d’autres choix que de coloniser une autre planète. La destruction de l’humanité est en « marche », c’est finalement les microbes qui auront raison de ces Martiens envahisseurs et tout puissants. H.G. Wells a certes sublimé l’angoisse de son époque à travers cette œuvre, mais il est intéressant de constater qu’elle fait encore écho aujourd’hui. Si les microbes sauvent l’humanité dans « la guerre des mondes », qu’en-est-il aujourd’hui ? La métaphore me semble particulièrement intéressante, dans le sens où nous nous disons en « guerre » contre un phénomène naturel. Phénomène qui, par ailleurs, est peut-être même amplifié par notre activité humaine.

De même qu’à la fin du roman de Wells, ce sont des micro-organismes, (ces mêmes organismes qui sont à l’origine de notre monde vivant) qui viennent nous rappeler à notre impuissance et notre finitude. La mondialisation nous tue et nous rend malade depuis déjà bien longtemps, mais elle nous entretient dans un fantasme de toute puissance. Alors de quelle guerre parle-t-on aujourd’hui ? Contre qui nous battons-nous ? N’est-ce pas l’occasion de transformer cet événement et d’inventer un autre modèle ?

Freddy CABANIS

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑